Home » En savoir plus » Cataracte

Cataracte

Cataracte - OPHTALMOVET

Qu'est-ce qu'une cataracte ?

La cataracte est une opacité ou une opacification du cristallin. Le cristallin est suspendu au milieu de l'œil, derrière l'iris (la partie colorée de l'œil). Normalement transparent, le cristallin prend un aspect opaque / blanc lors de cataracte. 

Le cristallin permet de concentrer la lumière sur la rétine (le tissu sensible à la lumière à l'arrière de l'œil). La cataracte peut se former au niveau d'un oeil ou des deux yeux en même temps et peut progresser à partir de petites opacités jusqu'à entreprendre l'entièreté du cristallin. La vitesse de progression varie selon la cause et les patients (et même d'un oeil à l'autre) et peut être soit très lente soit très rapide. 

Il est souvent difficile de trouver la cause des cataractes. Elles sont plus fréquentes chez les chiens âgés, mais peuvent se développer chez les jeunes chiens et peuvent être présentes dès la naissance. Elles peuvent être héréditaires dans certaines races ou peuvent être causées par d'autres maladies comme le diabète ou d'autres affectant une autre partie de l'oeil (inflammation, traumatisme ou problème de la rétine). Le diabète est la cause la plus fréquente des cataractes secondaires.

 

Quel est le traitement des cataractes?

À l'heure actuelle, le seul traitement disponible est la chirurgie : il faut enlever le cristallin. Tous les types de cataractes ne nécessitent pas d'office un traitement chirurgical, de même que certaines cataractes ne sont pas 'opérables'. Un examen complet réalisé par un ophtalmologue est nécessaire afin d'évaluer chaque patient et de décider quelle est la meilleure manière de le gérer.

 

La chirurgie.

Le Dr Monclin réalise ce type de chirurgie à la Clinique Vétérinaire Universitaire de Liège. Il procèdera lui-même à la chirurgie. Votre animal bénéficiera également de l'attention du service d'anesthésie ainsi que d'une surveillance 24/24h pendant son hospitalisation. Il sera également réévalué aussi souvent que nécessaire par un spécialiste. 

 

Votre animal sera généralement admis le matin de la chirurgie ou la veille. Dans le cas où vous apportez votre animal le jour même de la chirurgie, aucun repas ne devra lui être donné depuis la veille. L'accès à l'eau de boisson doit être conservé toute la nuit. Chez les patients diabétiques, il est généralement conseillé de ne pas nourrir ni administrer l'insuline ce matin-là : la décision de nourrir ou injecter l'insuline sera basée sur les tests de glucose sanguin. Le taux de glucose sanguin sera suivi tout au long de la journée et de l'hospitalisation. Une fois votre animal de compagnie admis, il sera prémédiqué et recevra des antidouleurs. Des gouttes seront appliquées sur son oeil (ses yeux) afin de le (les) préparer pour l'opération. Les gouttes aident à dilater la / les pupille(s) et à réduire l'inflammation qui se développe dans tous les cas après une intervention intraoculaire.

 

Une fois tranquillisé, une échographie de l'œil est effectuée afin d'examiner les structures de l'arrière de l'œil qui sont cachées par la cataracte. Le but est de mettre en évidence des problèmes qui peuvent empêcher ou compliquer l'intervention chirurgicale comme le détachement de la rétine (la couche sensorielle de l'œil) ou une rupture de la capsule qui entoure le cristallin.

 

La chirurgie de la cataracte est réalisée sous anesthésie générale complète. Les muscles du patient sont également paralysés pendant l'intervention de sorte que l'oeil soit dans une position correcte pour l'opération et les muscles situés autour et derrière l'oeil n'exercent pas de pression sur le globe. Cela signifie également que votre animal doit être placé sous respirateur : cette machine obligera votre animal à respirer correctement et régulièrement pendant la chirurgie. Chaque patient est surveillé avec beaucoup d'attention au cours de l'opération grâce à équipement moderne et un personnel spécialement formé.

 

L'opération est très délicate et implique l'utilisation d'un microscope opératoire et de très petits instruments. Deux petites incisions sont faites au niveau du bord de la cornée, là où elle rejoint le blanc de l'oeil. L'œil est ensuite rempli d'une substance gélatineuse appelée viscoélastique qui protège les structures à l'intérieur de l'œil et aide à garder l'oeil gonflé. Le cristallin est entouré d'une capsule très délicate. Une partie de cette capsule est enlevée pour accéder à la cataracte. Cette dernière est ensuite éliminée à l'aide d'une technique dite de phaco-émulsification, qui est un procédé à ultrasons qui fragmente le cristallin en petits morceaux et qui les aspire. Un liquide spécial est également injecté et éliminé de l'oeil en permanence en même temps. Le reste de la capsule est laissé à l'intérieur de l'oeil. Le reste de cette capsule permet de conserver une 'poche' dans laquelle il est possible de mettre une lentille artificielle (un implant).

 

Les implants modernes sont fabriqués à partir d'une matière acrylique souple, ce qui signifie qu'ils peuvent être pliés et injecté dans la capsule du cristallin, par la même incision que celle utilisée pour enlever la cataracte. La présence d'un implant en fin de chirurgie permet à l'œil de retrouver une vision semblable à ce qu'elle était avant le développement de la cataracte. Les implants utilisés chez nos patients sont conçus spécialement pour les chiens et les chats, et sont plus grands et plus puissants que ceux des humains.

 

Il n'est pas toujours possible d'implanter un cristallin artificiel dans tous les yeux. Ne pas avoir d'implant ne veut pas dire que le chien ne verra pas : c'est un peu comme quelqu'un qui est très presbyte et qui ne porterait pas ses lunettes. Les chiens s'adaptent en général très bien à ce type de vision, même si cela peut prendre plus de temps que dans les cas où il y a un implant.

 

À la fin de l'opération, le viscoélastique est éliminé de l'œil et les incisions sont refermées avec des fils très fins et qui se résorberont après quelques semaines, ne laissant que des cicatrices minuscules.

 

Les deux yeux peuvent être opérés en même temps. L'avantage, c'est que dans ce cas les coûts sont réduits et qu'en plus cela évite au patient de passer par le stress de la chirurgie deux fois. Toutefois, un chien avec un seul œil visuel a une qualité de vie tout à fait comparable à celle d'un chien avec deux yeux visuels. Il n'est donc pas strictement indispensable de faire opérer les deux yeux.

 

Après la chirurgie, les patients restent hospitalisés pendant en moyenne 2 à 3 nuits afin de suivre la pression intraoculaire et d'adapter le traitement. Dès que le traitement et les yeux sont stabilisés, les patients peuvent retourner chez eux. La plupart des chiens verront dès le lendemain de la chirurgie, mais il faut souvent quelques semaines pour que l'animal s'adapte tout à fait et que l'inflammation intraoculaire diminue.

 

Soins post-opératoires. 

Le traitement après une chirurgie de la cataracte est intense parce que tous les chiens développent dès la fin de la procédure de l'inflammation, à un degré beaucoup plus grand que chez l'homme. Plusieurs types de gouttes seront donc utilisées : des collyres ou onguents anti-inflammatoires, antibiotiques et parfois des gouttes qui permettent de dilater la pupille ou d'autres pour diminuer la pression intraoculaire. Les gouttes anti-inflammatoires sont généralement appliquées six fois par jour au début, mais ce nombre diminue progressivement au cours des deux mois qui suivent la chirurgie. Des comprimés doivent aussi être donnés pendant quelques semaines après la chirurgie.

 

Votre animal devra être aussi calme que possible pendant quelques semaines après la chirurgie. Il faudra éviter de le laisser tirer sur sa laisse car cela entraîne une augmentation de la pression à l'intérieur de l'œil et peut favoriser les saignements ou les décollements de rétine. L'utilisation d'un harnais est une bonne idée. Un collier élisabéthain en plastique doit aussi être porté pendant environ 10 jours après l'opération.

 

Il y aura au moins cinq ou six contrôles au cours des deux ou trois premiers mois après l'opération. Certains patients, en particulier ceux avec des cataractes compliquées, peuvent avoir besoin de plus de contrôles que la moyenne. Une fois cette période passée, il est recommandé de surveiller tous les patients et de les faire réexaminer 1 à 2 fois par an pour le reste de leur vie. Ces contrôles doivent être faits par un spécialiste qui possède les connaissances et le matériel nécessaires à un tel suivi.

 

Risques et complications

Le taux de réussite initial de la chirurgie de la cataracte chez le chien est d'environ 90 à 95%, ce qui signifie que 5-10% des patients ne peuvent pas voir de l'oeil opéré après la chirurgie. Les complications post-opératoires ne sont pas rares au cours des semaines ou des mois suivants l'opération, de sorte que le taux de réussite à long terme est de 75-80% des yeux opérés. Toutefois, en général, lorsque l'objectif n'est pas atteint au niveau d'un oeil, cela ne veut pas dire que c'est le cas pour l'autre oeil. Ainsi, les chiens dont on opère les deux yeux ont donc environ 80-85% de chance d'avoir au moins un oeil visuel à long terme et donc une meilleure qualité de vie.

 

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles certains patients n'ont pas un résultat final satisfaisant ou peuvent avoir une convalescence difficile.  La liste est reprise ci-dessous :

- Inflammation : Chaque patient développe de l'inflammation après l'opération, même si la chirurgie s'est extrêmement bien passée. Celle-ci est généralement bien contrôlée par les médicaments prescrits, mais, parfois, l'inflammation est plus importante que la moyenne ou ne répond pas bien au traitement. Cela qui peut entraîner des lésions au niveau d'une ou plusieurs des structures de l'oeil et avoir un effet délétère sur la vision. L'inflammation est la complication la plus fréquente, d'où l'importance de suivre strictement le traitement post-opératoire et de représenter le patient pour des contrôles réguliers.

- Infection : Cela peut être très grave, mais c'est heureusement extrêmement rare. Pour en réduire les risques au maximum, des conditions d'aseptie les plus strictes sont prises, la stérilisation des instruments est hautement surveillée et de nombreux instruments sont à usage unique. En plus, des antibiotiques sont administrés avant et après la chirurgie.

Déhiscence de la plaie (réouverture) : cela signifie que la plaie cède. C'est de nouveau très rare, mais si cela se produit une autre anesthésie générale sera nécessaire afin de resuturer l'incision.

- Saignement - Une petit saignement au moment de la chirurgie n'est pas rare, ce n'est d'ailleurs pas un problème majeur. Très rarement, une plus grande hémorragie peut se produire et cela peut affecter la vision.

- Augmentation de la pression : la pression dans l'œil peut augmenter considérablement dans les premières heures ou les quelques jours qui suivent l'opération (ce que nous appelons un pic de pression). Ce n'est en général que transitoire. C'est l'une des raisons principales pour lesquelles les animaux sont hospitalisés après l'intervention, de sorte qu'elle puisse être gérée immédiatement si cela se produit. Rarement, une augmentation plus importante de la pression peut se produire (glaucome). Si ce problème survient, des médicaments supplémentaires seront nécessaires. Il faudra être beaucoup plus attentif après la chirurgie. Les augmentations de pression non contrôlées peuvent conduire à la cécité voire même à la perte de l'œil dans les cas graves qui ne répondent pas au traitement.

- Les ulcères de la cornée : parfois la cornée peut être blessée ou endommagée pendant l'opération ou à cause du traitement intensif nécessaire. Il s'agit généralement d'un problème mineur qui se résout assez rapidement, mais elle limite l'utilisation de certains des médicaments les plus puissants pour contrôler l'inflammation. Ces derniers peuvent en effet aggraver l'ulcère.

- Décollement de rétine : il s'agit d'une complication elle aussi assez rare. La modification des structures de l'intérieur de l'oeil par la cataracte et par la chirurgie peuvent conduire la rétine à se détacher, provoquant donc la perte de la vue. Cela peut se produire immédiatement ou des semaines ou mois après l'opération.

- Une mauvaise vue : certains chiens ont des problèmes supplémentaires (par exemple avec leur rétine), qui ne peuvent pas toujours être détectés avant la chirurgie. Cela signifie que la vision n'est pas aussi bonne que prévu, même si la chirurgie est réussie. Dans les cas suspects, on proposera la réalisation d'un test électrique (un électrorétinogramme) réalisé sur les yeux afin d'évaluer la fonction de la rétine. Malheureusement, même ce test n'est pas fiable à 100%.

Opacification de la capsule : un faible pourcentage de chiens qui voient bien immédiatement après la chirurgie peut ne pas continuer de le faire pour le reste de leur vie. Cette détérioration peut se produire plus tard, pour de nombreuses raisons comme celles mentionnées avant. Dans  qualques cas, une membrane blanche peut croître à travers la capsule restante du cristallin. Dans la plupart des cas, le degré d'opacification qui se forme est relativement insignifiant (ce n'est jamais aussi dense que la cataracte d'origine), mais il peut parfois affecter la vision. La présence d'un implant aiderait à réduire le développement de ces opacités. Dans les cas très sévèrement atteints, une seconde chirurgie peut être nécessaire, même si cela est très rare.

 

En conclusion, le taux de réussite de la chirurgie de la cataracte chez les chiens est relativement élevé (bien que beaucoup plus faible que chez l'homme) et la majorité des patients vont bien après leur opération. Il s'agit cependant d'un traitement long et exigeant, pour le propriétaire comme pour le patient et à la fois en ce qui concerne les contrôles et le coût. Il est donc indispensable que les propriétaires soient pleinement informés avant de prendre la décision de faire opérer leur animal.

 

Si vous avez des questions sur ce sujet ou sur tout autre affectant l’œil de votre animal, n’hésitez pas à contacter le Dr Monclin.